Hygiène & propreté
Santé

La traçabilité numérique des déchets en milieu hospitalier

Les établissements de santé produisent environ 170 000 tonnes de Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux par an. Mais avec la crise de la Covid-19, cette production ne cesse de s’accroître. Dans ce contexte, réduire et valoriser les déchets issus du milieu hospitalier représentent deux enjeux majeurs. Pour y répondre, la traçabilité des déchets collectés s’avère être un dispositif efficace.

Les 3 grandes étapes du cycle de vie des déchets

Le tri des déchets 

Dans un premier temps, tous les déchets produits dans les établissements de santé sont placés dans des contenants adaptés. Parmi eux, on retrouve :

  • les Déchets Ménagers et Assimilés (DMA) qui, pour certains sont recyclables, regroupent le carton, le verre, le papier, le bois, les textiles, etc. ;
  • les Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI).

Les déchets, associés à des dispositifs médicaux, sont soumis à un cadre réglementé, et doivent être jetés dans des contenants jaunes. Les collecteurs pour déchets perforants, répondant à la norme NF X 30-500, servent à récupérer les objets tranchants et coupants, comme les aiguilles.

La collecte par les agents de services hospitaliers (ASH)

Dans un deuxième temps, les ASH collectent les DASRI et les Déchets Assimilés aux Ordures Ménagères (DAOM) dans les chambres, les salles communes, les salles de soins et les blocs opératoires. 

La valorisation par les différentes filières 

Dans un troisième et dernier temps, les déchets ménagers sont récupérés par les services de la ville. Quant aux autres déchets, ils sont pris en charge par des entreprises spécialisées. Tous sont ensuite traités et valorisés selon leur nature (recyclage, incinération…). 

Le numérique au service de la traçabilité des déchets

Trapèse n’est pas comme Effi-see®, un outil de traçabilité de prestations de bionettoyage, mais il est tout aussi utile en milieu hospitalier. Il s’agit d’une solution numérique capable de recueillir des informations sur la production des déchets. Un système de pesée et de suivi permettent d’identifier la nature des déchets et mesurer les quantités produites par les différents services.

🔎 À lire aussi : Chariot de bionettoyage : outil essentiel dans les établissements de santé

Pour un suivi détaillé des déchets collectés

Au sein de chaque service qui utilise le système Trapèse, des codes-barres et des étiquettes sont collés sur les collecteurs et les poubelles. Lors de leurs missions, les agents sont équipés de lecteurs qui leur permettent de recueillir plusieurs informations sur les déchets, d’un simple scan. 

Trapèse indique aux établissements de santé la nature et le poids des déchets ramassés, le lieu et l’heure de la collecte, ainsi que le nom du service producteur. Toutes les informations recueillies peuvent être consultées via une plateforme web. Les déchets sont ensuite confiés aux différentes filières pour être traités et valorisés. 

⚠️ La pesée n’est pas obligatoire. Mais elle fournit des informations clés sur la production des déchets en milieu hospitalier.

Des données numériques riches d’enseignements

Avantage n° 1 : l’optimisation des coûts

Les informations récupérées lors de la collecte des déchets servent de reporting pour le prestataire de services et l’établissement hospitalier. Elles permettent de :

  • connaître le poids des déchets produits, service par service ;
  • suivre les variations de poids, mois après mois.


À partir de la pesée, Trapèse peut estimer le coût de traitement des déchets. Et pour réduire le budget, la précision du tri a toute son importance. Par exemple, l’emballage papier qui entoure une seringue doit être jeté avec les déchets ménagers, et non avec la seringue.
 

Maîtriser le coût des déchets

Le coût de traitement des DASRI est 5 à 10 fois plus élevé que celui des déchets ménagers. Pour limiter les déchets produits en milieu hospitalier et leurs coûts induits, les fournisseurs des établissements hospitaliers sont tenus d’optimiser et réduire les emballages de leurs produits.

🔎 À lire aussi : Le principe du bionettoyage : définition et enjeux RSE

Avantage n° 2 : les actions de sensibilisation 

Un outil de traçabilité des déchets comme Trapèse favorise la mise en place d’actions de sensibilisation auprès des équipes pour :

  • limiter les problèmes de tri au niveau des bennes, grâce au recensement des anomalies lors de la collecte ;
  • optimiser la taille des collecteurs, et donc réduire les volumes évacués – à savoir que les DASRI  sont récupérés avec leur collecteur jaune ;
  • engager l’établissement dans une démarche de réduction et valorisation des DASRI.

La traçabilité permet de mesurer la production des déchets collectés. Cet élément est primordial pour identifier les services de soins qui méritent le plus d’être sensibilisés au tri des déchets. 

Avantage n° 3 : le suivi de la facturation 

Si les déchets ménagers sont pris en charge par la ville, les DASRI, répondant à des exigences particulières, sont souvent récoltés par des entreprises indépendantes. Le coût de la collecte est facturé au poids. Avec Trapèse, il est possible de faire une comparaison entre le poids des déchets collectés et le poids facturé par l’entreprise prestataire.
 

À retenir

Un outil de traçabilité numérique comme Trapèse permet :

  • d’avoir une meilleure visibilité sur les types et les quantités de déchets produits ;
  • de responsabiliser les services producteurs et de mettre en place des plans de réduction ciblés, avec un objectif de diminution des coûts sur le long terme  ;
  • d’obtenir une meilleure estimation de la facturation.

Pour valoriser les déchets en milieu hospitalier, il est essentiel de les orienter vers la bonne filière. Pour une maîtrise globale de sa politique des déchets, un établissement de santé doit donc optimiser son tri, mesurer ses volumes et sensibiliser ses équipes. Le système de traçabilité numérique Trapèse remplit ces trois objectifs. Sur le long terme, il permet également de contrôler l’incidence économique des déchets sur l’établissement, et de s’inscrire dans une démarche plus écologique. Vous souhaitez en savoir plus ? 
 

Plus de contenu

Infographie - Le bionettoyage d’une chambre d'hospitalisation en 7 étapes clés

19 avr. 2022