Hygiène & propreté
Entreprise

Robotisation de la propreté : 3 grandes tendances

Robotisation de la propreté : 3 grandes tendances
La révolution robotique est en marche ! La capacité croissante des systèmes embarqués permet de plus en plus d’autonomie, et les robots capables d’évoluer seuls dans leur environnement sont devenus une réalité. Les secteurs impactés sont nombreux : l’automobile avec l’autonomisation de la conduite, la médecine avec des robots capables de réaliser des opérations de plus en plus complexes… Mais les métiers des prestataires de services n’y échappent pas ! Voici quelques tendances qui se dessinent...

1 – La robotique de complément

La technologie a d’abord investi les prestations dangereuses ou dénuées de solutions simples à mettre en œuvre. Par exemple, dans la propreté, des robots sont utilisés pour l’entretien régulier plutôt que pour un nettoyage approfondi : c'est un complément à l'intervention d'un agent de propreté.

Cette robotique peut jouer un véritable rôle de prévention et de diminution des risques, ou d’aide à l’action des agents – notamment pour des zones difficiles d’accès.

Par exemple, dans certaines gares, des robots sont chargés de décrocher les toiles d’araignées des verrières ou encore de porter le matériel en autonomie. En plus d’une sécurité optimale, le déploiement de la robotique permet aux agents chargés de la propreté de se dégager du temps pour se consacrer à d’autres tâches.

Cela pourrait aussi impacter positivement les Directions des Services Généraux – avec notamment une extension du cadre des prestations.

2 – La robotique sur mesure

Pour répondre à des besoins spécifiques, des robots sur mesure se développent. C’est notamment le cas du robot qui a lavé la pyramide du Louvre, développé par la société Robosoft.

Ces solutions permettent de proposer des solutions robotisées à des tâches complexes, pour lesquelles les solutions existantes sont trop onéreuses ou compliquées à mettre en œuvre. Ces alternatives représentent de réelles opportunités de maîtrise des coûts sur le long terme pour les Services Généraux.

🔎 À lire : les défis de l'Ultra Propreté et comment les relever

3 – La robotique d’assistance

Enfin, l’utilisation de solutions robotiques dans le cadre de prestation de services offre aux agents des Services Généraux la possibilité de se concentrer sur leur métier.

Le robot Diya One peut par exemple être utilisé pour de nombreuses tâches et devenir un partenaire des services de propreté et de Facility Management. Ses capteurs permettent en effet de détecter près de 300 polluants, d’inspecter les surfaces et de prévenir les équipes d’agents si besoin, de détecter les ampoules en panne…

Au-delà des services d’alerte et de vérification, on crée déjà des services sur mesure, en renfort du travail des équipes.

Robotisation de la propreté : les bénéfices

Les métiers des prestataires de services sont ainsi impactés par la robotique, qui crée de nouvelles opportunités. En effet, l’offre de services existants peut être renforcée et tendre vers plus de valeur ajoutée. Et l’utilisation de ces robots permet également une revalorisation des métiers.

Selon Pierre-Daniel Bize, gérant de Performance Nettoyage Services, signataire d’un accord avec EDF ENR pour le nettoyage des centrales solaires, « La robotisation […] implique d'avoir un personnel formé et qualifié ; nous tirons vers le haut le travail des agents ».

Loin d’être une révolution, cette robotisation était attendue, notamment dans le domaine de la propreté. Les premiers bénéfices sont déjà visibles :

  • extension du champ couvert par les offres,
  • amélioration globale de la prestation de services,
  • réduction des coûts,
  • accès à de nouvelles solutions sur mesure.

D’ici quelques années, une grande partie des métiers de main-d'œuvre pourront être exécutés par des robots. La robotisation est passée d’une aide à l’exécution de certains travaux pénibles ou l’aide à la personne à la prise en charge de missions complètes, comme l'accueil et le renseignement de personnes dans des hôtels ou des centres commerciaux. Pour la prise en charge d’opérations plus variées et complètes, du chemin reste à parcourir... Affaire à suivre !

Plus de contenu